Illustation anneau gastrique

Le principe de l’anneau gastrique consiste à réduire la capacité de l’estomac et ralentir le passage des aliments dans le reste du tube digestif. Ce mécanisme a pour conséquence de provoquer une satiété plus rapide

Bilan pré-opératoire

  • Préparation nutritionnelle pendant plusieurs semaine: Le nutritionniste et la diététicienne vont vous aider à évaluer vos erreurs alimentaire et vous préparer a votre nouvelle alimentation. Ils déterminerons a quel moment vous avez une connaissance suffisante de la diététique pour vous adapter aux contraintes post opératoires. Cette périodes dépendra donc de vous et de votre motivations.
  • Réunions d’informations (lien): avec la présence d’anciens opéré.
  • Consultations avec différents spécialistes pour évaluer votre risque opératoire et dépister d'éventuelles maladies associées à votre obésité. (LIEN LISTE DES SPECIALISTES)
    • Une fibroscopie oesogastrique : cet examen consiste à regarder l’intérieur de l’estomac à la recherche d’ulcère ou de hernie hiatale. Il est proposé d’être réalisé sous anesthésie générale car il est en général mal toléré.
    • Une échographie abdominale : examen indolore qui permet de voir si le foie n’a pas de surcharge graisseuse, de vérifier l’absence de calculs dans la vésicule.
    • Une prise de sang
    • Dans certains cas, après évaluation par l’anesthésiste une consultation peut être demandée par le cardiologue.

Traitement Chirurgical

Hospitalisation

L’absorption d’un liquide sucré (jus de pomme) est autorisée jusqu’à deux heures avant l’intervention.

Soins préopératoires

  • Douche corps et cheveux avec savon habituel avant de se rendre à la clinique.
  • Fourniture de bas anti-thrombose.
  • Prémédication par antalgiques.

L'intervention

Elle est réalisée sous anesthésie générale et par voie laparoscopique, c’est-à-dire avec 4 à 5 petits orifices. À l’issue de l’intervention, le patient reste en salle de réveil jusqu’à récupération complète, en général pendant environ 1 heure.

Suites post opératoires

Le patient est remonté en service de chirurgie ambulatoire où la surveillance est poursuivie. Il est autorisé à se lever dès que possible et peut boire ; une collation liquide lui est servie. La douleur est en règle minime après intervention et est parfaitement contrôlée par des antalgiques simples. Le nutritionniste vient rendre visite pour donner les derniers éléments et rappeler les consignes de réalimentation.

Enfin, le chirurgien revoit son patient avant le départ et donne le feu vert pour la sortie. Après ce contrôle, le patient peut quitter la clinique sous réserve d’être accompagné et de ne pas être seul la nuit qui suit la chirurgie. Dans le cas contraire ou si événement imprévu empêche la sortie, le patient est placé en lit d’hospitalisation pour la nuit, et sort le lendemain si son état le permet.

Après la chirurgie

Avant le départ, le patient a comme prescription :

  • Ordonnance pour quelques jours d’antalgiques et d’un médicament protecteur de l’estomac. Ces ordonnances sont remises le jour de la consultation avec le chirurgien, lorsque l’intervention est programmée, de manière à ce que le patient n’ai pas à passer à la pharmacie en sortant de la clinique.
  • Anticoagulants uniquement si antécédents de thrombose ou très haut risque.
  • Arrêt de travail de 2 semaines. En pratique le travail peut être repris au bout d’une semaine s’il ne s’agit pas d’un travail physique.
  • Consultation au cabinet deux mois après l’intervention pour ajustement de l’anneau.

Il est fortement recommandé d’avoir un suivi après ce type d’intervention. Il s’agit d’un engagement moral entre le patient et l’équipe. Le patient garde bien sûr le choix de changer d’équipe pour son suivi. Le patient reste le maître de son amaigrissement, mais est guidé dans sa démarche par l’équipe médicale.

Les recommandations sont :

  • Une consultation avec le médecin nutritionniste si possible tous les trois mois et au minimum tous les 6 mois pendant les deux premières années qui suivent la chirurgie, puis une fois par an. Cette consultation a pour but de vous rappeler les règles alimentaires avec l’anneau, de détecter les complications éventuelles avec un simple contrôle radiologique.
  • Réglage de l’anneau à la demande en radiologie avec un médecin.
  • Appel en urgence en cas de problème, surtout en cas de douleur ou de vomissements importants. L’équipe reste joignable 7 jours sur 7 et 24h sur 24 aux heures d’ouverture du cabinet et au delà, via le service des urgences de la clinique.

L’Alimentation

Voir quelle alimentation est préconisée après la chirurgie (cliquez sur le lien suivant). L’objectif est de s’approcher du poids idéal en gardant un équilibre alimentaire et une vie sociale. L’anneau n’est pas une finalité en soit mais une aide. Il faut le considérer comme des « béquilles pour réapprendre à manger ! ».

Le resserrage de l’anneau n’est pas systématique. Dans un tiers de cas, la mise en place de l’anneau suffit à faire perdre du poids, sans que le serrage soit nécessaire. La perte de poids doit être très progressive sans être trop rapide. Perdre 2 à 3 kg par mois est très satisfaisant et suffisant. Les dangers sont de sombrer dans la dénutrition, avec un état de maigreur extrême.

La perte des derniers kilogrammes est en général obtenue avec une activité physique régulière. Il est conseillé de débuter une activité physique dès la mise en place de l’anneau. Nous avons bien conscience qu’il est impossible de demander de faire du sport lorsque l’on a 50kg en trop, mais cette activité peut être progressive en privilégiant les escaliers, en s’interrogeant toujours sur l’utilité de prendre un moyen de transport lorsque le trajet peut être fait à pied, dans un premier temps par exemple. Puis le poids deviendra progressivement compatible avec une activité physique plus intense.

L’objectif est d’obtenir un équilibre entre un degré de serrage qui permette une perte de poids progressive et un confort alimentaire correct. Une fois cet équilibre obtenu, le poids finit par se stabiliser, généralement un à deux ans après la pose de l’anneau. Il est ensuite recommandé de venir au moins une fois par an pour un contrôle avec consultation et radiologie afin de vérifier la bon positionnement de l’anneau.

Enfin, lorsque la stabilité pondérale est accompagnée d’un sentiment de maîtrise des habitudes alimentaires, l’anneau peut progressivement être dégonflé. L’objectif ultime d’enlever l’anneau chez un patient contrôlant bien son poids est exceptionnellement obtenu. L’expérience montre que la plupart des patients reprennent le poids perdu.

  • Recette et bonnes astuces pour votre nouvelle vie seine et équilibre.• Sortie et atelier selon la disponibilité de nos partenaires pour partager ensemble votre nouvelles vie.
  • RELOOKING COIFFURE pour vous aider à mieux vous accepter dans votre nouveau corps. (voir conditions)

Complications

Il s’agit des complications liées à toute chirurgie. On retrouve la phlébite, l’embolie pulmonaire, l’hémorragie et l’infection. Pendant l’intervention, il est possible à titre exceptionnel de convertir c’est-à-dire d’ouvrir, pour contrôler une hémorragie par exemple.

Parmi les complications propres à la mise en place de l’anneau, on retrouve :

  • La perforation gastrique exceptionnelles pour les équipes expérimentées. L’anneau n’est pas mis en place dans ces cas là.
  • L’intolérance alimentaire totale. Ceci est dû à un excès de graisse autour de l’estomac. En général elle cède avec un traitement médicamenteux, mais nécessite une hospitalisation plus longue de quelques jours.
  • L’impossibilité de mettre en place l’anneau : cela peut être dû à un foie trop gras, ou une conformation anatomique particulière. Cet échec est souvent mal vécu par le patient mais est le gage de la prudence de l’équipe. Il faut souligner l’importance de ne pas faire des repas trop copieux avant l’intervention.

Les complications à distance de l’intervention

  • Les érosions gastriques : Elles surviennent en général plusieurs années après la mise en place de l’anneau. L’anneau rentre dans l’estomac en traversant progressivement la paroi. C’est exceptionnellement douloureux. Le seul signe clinique est la reprise de poids, avec parfois une douleur entre les épaules. Cette complication est traitée dans notre centre de coelioscopie et nécessite l’ablation de l’anneau, la suture de l’estomac et une hospitalisation de 5 jours. Une nouvelle intervention pour l’obésité ne pourra pas être entreprise avant 3 mois. Cette complication survient dans moins de 1% des cas avec les anneaux que nous utilisons actuellement.
  • Les glissements et dilatations : Cette complication est plus fréquente (de 1,7% à plus de 10% suivant le type d’anneau) avec un taux de 1,9% dans notre expérience. Elle peut être prévenue en évitant les vomissements, les boissons gazeuses. Elle se traduit par une impossibilité de boire des liquides, un reflux nocturne. En cas de douleur associée, elle nécessite une consultation en urgence pour dégonfler l’anneau. Le traitement consiste à dégonfler dans un premier temps l’anneau. S’il revient en place, il peut être regonflé prudemment à distance, et le patient doit impérativement éviter de vomir. Si l’anneau ne revient pas en place, il est préférable de l’enlever et d’envisager une nouvelle procédure pour le traitement de l’obésité. Dans certains cas lorsque l’anneau a complètement glissé, l’anneau doit être enlevé en urgence..
  • Les défaillances de l’anneau : Il s’agit des ruptures du cathéter vers le dispositif servant pour son gonflage, ou les fuites sur l’anneau. Dans tous les cas on observe une reprise de poids. Si le cathéter est totalement rompu, il peut provoquer des douleurs pelviennes par irritation. Elles nécessitent toujours une ré-intervention pour remplacer la partie défaillante et éventuellement changer l’anneau..

Les opérations

By-Pass

Sleeve Gastrectomie

Nous contacter

Formulaire de contact








    Nos Coordonnées